Le geste est au cœur de la pratique d’Evelyne Simonin. Il trouve son expression en déroulant une écriture automatisée qui suit un mouvement régulier. Suivant un processus de révélation continu sa main chemine sur la page et dessine de multiples modulations.

À l’encre ou au pastel, ses dessins éprouvent ainsi la tactilité du papier, tandis que ses peintures sur toile ou polymères cherchent pareillement le rythme, la résonance de la matière dans l’espace. Ses motifs se rattachent à l’idée de paysage : images visibles et impressions invisibles s’entremêlent peu à peu à la frontière entre figuration et abstraction.

Cycles plus que séries, les travaux récents à l’encre, Contre-Points, ContraPuntito, Entre-Deux, témoignent de sa rencontre avec la gravure. L’artiste s’y attache aux phénomènes de glissements ou d’accroches, d’accélération ou de ralentissement du geste. Les tracés empiriques laissent place à une mise en forme de plus en plus maîtrisée et, dans l’équilibre entre les noirs et les blancs, les vides et les pleins, le travail s’achève.

L’artiste retrouve le même geste initiatique lorsqu’elle s’ouvre à la couleur et la matière du médium peinture qu’elle aborde dans toute sa complexité. Le broyage des pigments, la difficulté et les contraintes du traitement pictural l’inscrit dans une longue filiation, toujours en quête d’espaces vibratiles, aux surfaces plus matiéristes.

Evelyne Simonin emmène le regard dans un monde immatériel à la perspective flottante, inspiré de la peinture chinoise et des estampes japonaises, un voyage sensoriel, contemplatif, qui l’inscrit tout autant dans une lignée plus contemporaine.

« Vois-tu, en ces silences où les choses s’abandonnent et semblent près de trahir leur ultime secret. » Eugenio Montale

Née en 1958. Vit et travaille à Nanterre.
Double formation en graphisme à l’École Estienne et au Lycée Corvisart-Tolbiac, et en art à l’Université Paris I-Sorbonne.
Graphiste dès 1993, elle se consacre depuis plus de dix ans à un langage pictural dans lequel ses deux savoir-faire s’interpénètrent.
A collaboré notamment avec la Réunion des musées nationaux dans la conception et la réalisation de catalogues, d’affiches et autres documents, ainsi que la signalétique d’expositions aux Galeries du Grand-Palais, au Musée du Louvre et au Musée d’Orsay et autre musées.
Art-thérapeute formée à l’Inecat de 2016 à 2018 : un fil se déroule, une trace apparaît, un événement surgit, une expérience advient

>>>

Représentée par la galerie Matthieu Dubuc, Rueil-Malmaison

Expositions personnelles

2017

« Contre-Points», galerie Matthieu Dubuc, Rueil-Malmaison
« Venez à l’atelier… », Nanterre

2016

« ContraPuntito », Atelier N. Descottes, Paris
« Venez à l’atelier… », Nanterre
« Contre-Points», galerie Immanence, Paris

2015

« Venez à l’atelier… », Nanterre

2013

« Le Jour se lève », galerie de l’Office du tourisme, Nanterre

2005

Atelier-galerie, rue de l’Arbalète, Paris

Expositions collectives

2014

« Grave gravure », Journée de l’Estampe contemporaine, Paris

2012

50e anniversaire d’Amnesty International, musée-Abbaye de Saint-Germain, Auxerre

2012

« La Fabrique de nuages », Festival d’Art désordonné, Auxerre

2011

Galerie de l’Office du tourisme, Nanterre

2009

« Génie de la Bastille », artiste invitée, Paris

2008

« Génie de la Bastille », artiste invitée, Paris

2007

« Kyrielles », ancienne Halle, Ervy-le-Châtel